banniereAP

Le mimétisme, chez le betta en particulier. - Articles Aqua-Passion.com

articles_arrow Articles Aqua-Passion.com -> Les Poissons -> Le mimétisme, chez le betta en particulier.
Le mimétisme, chez le betta en particulier.
Description: Par Naib60

’ 

Le mimétisme, chez le betta en particulier.

’ 

Il nous arrive parfois, en observant la nature, de remarquer quelques phénomènes étranges. Parmi ces phénomènes, il existe certains animaux qui ont la capacité de changer de couleur. C’est le cas du Betta-splendens, un poisson du Siam, du caméléon (exemple connu de tous), et d’autres encore? Mais pourquoi font-ils cela ? Comment s’appelle cette caractéristique si étrange et impressionnante ?
Ce n’est autre que le mimétisme qui peut s’expliquer en étudiant dans un premier temps sa définition et son utilité ; nous verrons par la suite plus en détail comment ces changements de couleurs s’effectuent et leur influence sur la vie de ces animaux, explications illustrées par deux exemples : les changements de couleurs chez le caméléon et chez le Betta-splendens.

’ 

Le Mimétisme

’ 

I Définition:

Le mimétisme c’est l’imitation d’un modèle par un animal ou un végétal. Cette imitation permet d’augmenter les chances de survie ou de reproduction du mime.
Un système mimétique met en jeu 3 acteurs :
-’ Le modèle, vivant ou non.
-’ Le mime, imitant le modèle.
-’ La dupe, trompée par le mime qui ne peut être un végétal puisqu’il nécessite la mise en jeu d’une perception par les sens.
Nous distinguerons deux grandes échelles du mimétisme :
-’ L’échelle des individus.
-’ L’échelle moléculaire.
A l’échelle des individus, le mime représente tous les individus semblables à  lui, c’est à  dire soit une certaine population de son espèce soit l’ensemble d’une catégorie d’une espèce (ex : les mâles et les femelles) ou encore l’espèce toute entière.

II Le mimétisme à  quoi ça sert ?

On ne peut concevoir que de telles imitations soient le fruit du hasard. Selon la théorie de l’évolution, un caractère se maintient dans une espèce s’il procure à  l’individu porteur de ce caractère un avantage sélectif, c’est à  dire s’il augmente ses chances de survie et de reproduction.
Comment augmenter ses chances de survie ?
-’ Ne pas être mangé.
-’ Manger (attraper une proie).
Pour cela il faut :
-’ Soit se cacher (pour ne pas être repéré par sa proie ou son prédateur).
-’ Soit faire peur à  son prédateur.
-’ Soit attirer ses proies.
Comment augmenter ses chances de reproduction ? En attirant des insectes pollinisateurs pour les plantes par exemple ! Le naturaliste anglais Alfred Wallace proposa d’interpréter le mimétisme comme un moyen de défense. Nous voyons un exemple de son efficacité dans la sélection naturelle. Le mimétisme permet donc la conservation des variétés des espèces les mieux adaptées à  un milieu donné et pendant une période précise, éliminant les autres. Wallace découvrit le mimétisme chez certains papillons asiatiques notamment les Papilionidés qui imitent des Danaïdés. Après avoir été découvert dans la zone éthiopienne, en moins de dix ans, le mimétisme est observé sur tous les continents?

’ 

’ 

’ 

’ 

Au niveau microscopique.

’ 

Les différents pigments sont :
-’ La sépintérine (jaune)
-’ La drosoptérine (rouge)
-’ La mélanine (noir)
-’ La betta-carotène (orange)

La guanine (la même que celle présente dans l’ADN) n’est pas un pigment ; c’est une matière qui forme des cristaux. Le jeu de lumière dans les cristaux donnera une couleur (tel un effet de prisme).

Rappel concernant les rayons électromagnétiques :
-’ Les rayons visibles sont compris entre les Ultra violet (qui viennent après les rayons gamma et les rayons X) et les Infra-rouge (qui sont suivis par les ondes radios, de micro-ondes?)

Une molécule allongée peut réagir à  deux longueurs d’ondes différentes (comme un bateau qui tangue différemment selon qu’il soit perpendiculaire aux vagues ou non c’est à  dire que le tangage est différent du roulis).

La lumière solaire donne un effet de prisme avec le cristal de guanine ; ce qui peut par exemple neutraliser l’orange au profit du bleu. C’est l’épaisseur du cristal qui détermine le tri des couleurs. Chaque couleur peut être neutralisée.

Quelques définitions :
-’ Iridocyte : cellule contenant de la guanine.
-’ Mélanocyte : Les granulations de mélanine (pigment noir) sont mobiles dans le cytoplasme de la cellule (mélanocyte).

Le changement de couleur (comme chez les caméléons par exemple) provient du fait que le noir dans les mélanocytes se déplace :

’ 

’ 

’ 

’ 

’ 

’ 

’ 

’ 

Les mélanocytes se situent dans la couche profonde, et peuvent avoir des digitations vers le haut. Ensuite il y a la couche de guanine, puis vers la surface le rouge et le jaune.

Les animaux n’ont pas de pigments verts, mais il est utile d’être vert pour se camoufler dans la végétation. Le jaune et le bleu produisent optiquement du vert.

Les changements de couleur sont sous dépendance des hormones, du système nerveux, des systèmes sympathique/parasympathique, mais aussi de la vue de l’animal lui-même.

On devrait parler d’homéochromie lorsqu’il s’agit’  d’un changement de couleur de l’animal lui-même selon l’environnement, et de camouflage lorsqu’il s’agit de la forme de l’animal (exemple du phasme qui a la forme d’une branche).

Si on empêche un poisson plat de voir, il n’aura pas la bonne couleur par rapport au sol. Un poisson qui a peur va pâlir par exemple.
Les couleurs s’intensifient lorsque le poisson parade. Certains poissons foncent lors de maladies également (comme les Discus) ; mais on ne connaît pas encore tous les mécanismes et les explications.

C’est la programmation génétique qui détermine les différentes enzymes, qui déterminent les différentes cellules et les différentes couleurs.
Le code génétique donne le plan pour les protéines donc pour les enzymes.

Les cellules : ’ -jaunes sont les xanthophores
-rouges sont les érythrophores
-noires sont les mélanophores
-cristallines sont les guanophores.


Remerciement à  Jurabetta pour son aide dans cet article.

’ 

’ 

’ 

Observation d'un changement de la couleur d'un Betta-Splendens.

’ 

Expérience #1

’ 

Une femelle Betta-splendens, lorsqu'elle n'est pas "excitée" (condition optimale pour la non-excitation: eau froide environs 20°c nourriture sèche pas de décor et stress) a sur sa robe des rayures horizontales comme nous pouvons le constater ci-contre.

On introduit la femelle dans un bac chauffé voisin à  un autre bac où est présent un mâle. Les deux specimens peuvent se voir.

Après un court instant, nous voyons les rayures horizontales de la femelle disparaître, et des rayures verticales apparaître, signe que la femelle est prête à  s'accoupler. La coloration s'intensifie également.

’ 

’ 

Expérience #2


Nous allons cette fois-ci réaliser l'expérience dans les même conditions mais avec deux femelles à  la place d'un mâle et d'une femelle.
On présente alors les deux femelles dans des bacs chauffés et voisins de façon à  ce qu'elles puissent se voir.
Après quelques instants, nous ne remarquons aucun résultat. Une femelle ne réagit donc pas avec une autre femelle.

 +

’ 

Expérience #3

Mêmes conditions de départ. Une femelle betta rayée horizontalement.

Nous présentons la femelle à  un autre poisson d'une autre espèce dans un bac chauffé.

Après quelques instant, la femelle ne change pas de robe. Elle ne réagit donc pas avec des individus d'une autre espèce.

’ 

’ 

’ 

Expérience #4

Nous refaisons la même expérience que la #1 en remplaçant le betta mâle par une photo de ce dernier.
La femelle ne change pas de robe même si nous faisons évoluer la photo dans le bac voisin. Nous en déduisons qu'elle ne se laisse pas abuser par ce mâle fictif.

’ 

Expérience #5

L'expérience est totalement identique à  la #1 mis à  part que l'eau du bac où la femelle est introduite n'est pas chauffée. La femelle ne change pas de robe. Elle doit se rendre compte que si elle se reproduit, ses oeufs ne pourront pas éclore la température étant trop basse.

 ~>

’ 

’ 

’ 

Conclusion

Il est important de souligner que ces expériences se déroulent sur du vivant. Ainsi les résultats des expériences peuvent dépendre des individus mais les résultats évoqués sur cette page sont ceux qui reviennent la quasi-totalité du temps.
Ces expériences nous permettent de remarquer que dans un milieu propre à  la reproduction (température de l'eau à  28°c,...), et en présence d'un mâle de son espèce non fictif, la femelle Betta-splendens voit les rayures horizontales de sa robe disparaître et remplacées par des rayures verticales ; ce qui ne se produit pas si ces conditions ne sont pas remplies.

par Naib60, 14/05/2008 - 09:11:44, Commentaires(1)
dernière modification par Silverdragon, 31/08/2010 - 08:21:17
Votes: 7/10 ( 3 votes )
Commentaires
ashmael
16/08/2008 - 19:41:25
superbe, je n'ai pas eu le temps de tout lire mais je reviendrai sur le sujet. C'est impressionnant.
Freddy
Page 1


Copyright (c) 10/05/03 Aqua-Passion. Tous droits réservés.
http://www.Aqua-Passion.com ( Site d'Aquariophilie ) Reproduction partielle ou entière interdite.
CopyrightDepot.com n°00034426